Compressions d'images destructive et sans perte

Quand vous compressez un fichier, vous devrez le faire pour le rendre temporairement moins volumineux (comme pour l'envoi par courriel) ou le rendre définitivement plus petit (comme pour afficher des images sur Internet).

Les techniques de compression « Sans perte » sont à utiliser quand vous voulez « temporairement » réduire le volume d'informations. Comme son nom l'indique, la compression se fait sans perdre d'informations. Pour faire un parallèle, l'utilisation d'abréviations est un bon exemple de technique de compression sans perte. Tout le monde connaît « etc. » comme l'abréviation de « etcetera », permettant de réduire les 8 caractères de long de « etcetera » en les 4 caractères seulement de « etc. ».

Dans le cadre des formats d'images, un exemple des telles compressions est la la technique de couleurs indexées qui liste les couleurs présentes dans une image et les associe à un nombre unique. Ensuite, une sorte de nombre est associé à la description des pixels, ainsi, il n'est pas nécessaire d'enregistrer la définition d'une couleur plusieurs fois.

Les techniques de compression « Avec perte » sont destinées à ceux qui veulent réduire la taille d'un fichier d'image de façon « permanente ». Cela est nécessaire pour les images finales, où une taille de faible volume est préférable, comme pour l'usage sur un site Internet. Comme l'image ne sera plus modifiée ultérieurement, la compression permet d'utiliser un contexte de pixels lors de la compression, impliquant que vous vous reposerez sur des astuces psychologiques et statistiques.

Par exemple, une des choses importantes concernant le format « JPEG », est le sous-échantillonage de chrominance. Ce dernier permet de découper l'image en nuance de gris et deux versions de couleurs : la première contenant tous les contrastes rouge / vert et l'autre tous les contrastes bleu / jaune. Cela permet de rendre les deux versions plus petites en taille. Cela fonctionne car les humains sont plus sensibles aux différences de luminosité que les différences en tonalité chromatique et en saturation.

Un autre point est l'utilisation de la fonction « cosinus » pour décrire les contrastes dans une image. Cela signifie que les formats « JPEG » et « Avec perte » l'utilisant, sont très bons dans la description des gradients mais pas vraiment bons dans la description des contrastes importants.

Inversement, les techniques de compression d'images « Sans perte » sont vraiment efficaces dans la description d'images avec peu de couleurs mais de forts contrastes. Elles ne sont pas très performantes pour la compression d'images avec beaucoup de gradients.

Une autre grande différence entre compression d'images avec et sans perte, est que le conteu des formats de fichiers « Avec perte » vont se dégrader si vous les re-encodez. Ainsi, si vous ouvrez un fichier « JPEG » dans Krita, le modifier quelque peu, l'enregistrer à nouveau, le modifier de nouveau un peu et l'enregistrer, alors, chaque enregistrement successif sera réalisé avec une perte de données. Ceci est un aspect fondamental de la compression d'images « Avec perte » et la raison principale pour laquelle des fichiers temporaires sont utilisés.

Voir aussi

Si vous vous intéreressz aux différentes techniques de compression, les pages de Wikipedia concernant la compression d'images <https://fr.wikipedia.org/wiki/Compression_d%27image> sont excellentes, même si assez peu techniques.